Imprimer

Vol de nuit

Allons voir la Paimpolaise !
Il ne se passe pas un jour sans que Gérard consulte ses « grenouilles » (quelques sites Internet dont il a le secret) et qui lui ont permis de nous alerter dès le 6 sur la possibilité d’un grand vol de nuit dans le nuit du 9 au 10 « dans un grand volume au sud d'une ligne Cherbourg/Mulhouse et jusqu'à Bordeaux ». Il avait encore raison !

 

L’équipage constitué, l’itinéraire se dessine progressivement, et finalement tout est fixé le 9 matin, en tirant profit des terrains accessibles tout en dispersant les nuisances sonores (comme Gérard vous l’a peut-être déjà enseigné) : départ LFXU juste avant la nuit, Le Mans, St Brieuc, Vannes, La Roche s/Yon, Le Mans, Pontoise en fin de nuit et les Mureaux au petit jour.

Nous passons au nord de Rennes et nous apercevons les deux derniers décollage du soir.
A St Brieuc, un petit détour nous emmène jusqu’à Paimpol et Hugues nous cite quelques paroles de la Paimpolaise, s’abstenant de chanter pour préserver la météo !
Une approche et une conduite moteur adaptées réduisent le bruit au maximum pour arriver à Vannes sans réveiller les druides de Mangolérian, autre petit village breton connu pour sa résistance….
Nous verrons ensuite le pont de St Nazaire en évitant soigneusement la ZIT (devenue P). Y avait-il un bal sur le pont de Nantes, nous ne le saurons jamais….

La pause café à 01h00TU à La Roche S/Yon est bien méritée.
Après Le Mans, l’écoute de VOLMET nous apprend que Lille est bouché (3kil/300ft), en cas de panne radio, plus de PCL, atterrir à Pontoise devient impossible donc retour à Nantes ou Rennes ouverts H24, ou attendre le jour. Alors toujours prendre du carburant autant qu’il est possible et avoir « des portes de sortie ».  Fly safe !
Mais tout s’est bien passé, retour sur les Mureaux accompagné d’un magnifique lever de soleil. Le vol est finalisé par un débriefing qui met un terme à ce vol inoubliable de plus de 7 heures.

Maxime Oswald